•  

    Dès que l’on passe ce portail, on aperçoit à perte de vue des tas et des tas de sable fin, presque impalpable. On dirait de la poudre d’or. Et si sur la terre on n’en a jamais vu de pareil, tous un jour où l’autre nous l’avons cependant senti.

    « Pas possible ! »
    direz-vous. Eh bien si ! Car il faut vous dire que ce sable n’est pas un sable ordinaire : comme l’indique l’inscription du portail, c’est un sable magique et seul en a l’usage un bien mystérieux personnage. On l’appelle LE MARCHAND DE SABLE.


    On ignore d’ailleurs pourquoi on lui a donné ce nom, car en fait le Marchand de Sable ne vend rien du tout. Simplement, chaque soir, à l’heure du coucher, il descend sur la terre…Se glisse tout doucement dans les maisons, s’approche des petits enfants et …Psschchtttt…Il leur lance dans les yeux un peu de son sable magique. Alors, partout sur la terre, les pitchoun commencent à se frotter les yeux. Les paupières deviennent lourdes, les petits yeux piquent…Certains essayent bien de résister, mais c’est peine perdue. Déjà, Maman les emporte vers un petit lit de bois, un berceau de dentelles ou un simple couffin de vannerie. Oui, partout, à la même heure, des millions de mamans bercent leurs enfants, des millions de petites mains se joignent pour la prière du soir, des millions de baisers conduisent les bambins vers le sommeil.

    Si personne n’a jamais vu le Marchand de Sable, comment peut-on savoir qu’il vient de passer ? C’est tout simplement le cœur des mamans qui leur dit que leur petit est bien fatigué et qu’il est temps pour lui de dire bonsoir. Et cela dure depuis des siècles…Depuis qu’il y a des mamans, des tout-petits et un Marchand de Sable…..

    Quand il a fini sa tournée, il ne faut pas croire que le marchand de sable se repose, oh non ! Il doit retourner à sa carrière magique afin de faire provision de sable pour la prochaine tournée : du sable pour tous les bébés de la terre ! Pour les petits Chinois, les petits Africains, les petits Indiens…Pour les bébés de Belgique et de France…Pour les bébés péruviens ou eskimos !

    Vous pensez bien qu’il a fort à faire et ne pourrait venir tout seul à bout de sa tâche. Aussi, le Bon Dieu (qui aime beaucoup les petits enfants et sait qu’ils ont besoin de bon sommeil) a-t)il donné pour mission aux plus jeunes parmi les petits anges d’aller prêter main-forte au Marchand de Sable. Au début, les angelots avaient bien un peu rechigné, car ils préféraient jouer à cache-cache avec les étoiles…Mais ils avaient vite compris que plus vite ils terminaient leur travail, plus vite ils retournaient s’amuser. Aussi s’acquittaient fort convenablement de leur office et le Marchand de Sable était-il très satisfait de ses petits assistants ailés. Pendant que des petits anges remplissaient les sacs de sable, l’un d’eux les nouait d’une ficelle pour les fermer, d’autres faisaient la chaîne et entassaient les sacs pleins sur le nuage de livraison. Enfin, le plus studieux d’entre eux comptait les sacs et en inscrivait le nombre dans un grand livre. Tout allait donc pour le mieux pour le Marchand de Sable et ses petits clients dormeurs. Ca fonctionnait à merveille depuis des siècles et des siècles et ça aurait pur continuer de même dans les siècles à venir, et pourtant… Mais laissez-moi vous raconter l’incroyable aventure qui arriva au Marchand de Sable du Pays des Rêves…


    votre commentaire
  • chaleur

     

    Chaleur

    Tout luit, tout bleuit, tout bruit,
    Le jour est brûlant comme un fruit
    Que le soleil fendille et cuit.

    Chaque petite feuille est chaude
    Et miroite dans l’air où rôde
    Comme un parfum de reine-claude.

    Du soleil comme de l’eau pleut
    Sur tout le pays jaune et bleu
    Qui grésille et oscille un peu.

    Un infini plaisir de vivre
    S’élance de la forêt ivre,
    Des blés roses comme du cuivre.

     

    L'été d'Anna de Noailles


    1 commentaire
  •  

    Printemps qui vient…

    1. Printemps qui vient fleurir le temps
      arrive un jour sans qu’on le voit venir
      Printemps qui vient comme le vent
      souffler sur l’hiver et le faire partir
      Printemps qui vient renaître à nouveau
      nous caresser la peau et nous faire sourire
      Printemps qui vient avec la Douceur
      accueillir le Soleil qu’on avait oublié
      Printemps qui vient nous réchauffer
      arroser les jardins, faire jaillir les fleurs
      Printemps qui vient nous dire Je t’aime
      Afin qu’on puisse tout recommencer
    2. Elodie Santos, 2009

    votre commentaire
  •  

    Les enfants du pays m'ont fait naître un beau soir
    Au milieu de leurs cabrioles.
    Dans ma bouche sans dents, les passants ont pu voir
    La pipe du maître d'école !

    Un béret sur ma tête, posé de guingois,
    Dandine son pompon de laine.
    Mes yeux au noir regard sont des charbons de bois
    Et mes mains de pauvres mitaines.

    Puis, dans leur folle ronde, ils ont ri de mon nez
    Taillé dans une grosse pomme ;
    Mais, me voyant pleurer, ils ont dit, chagrinés :
    « Il fond déjà, le vieux bonhomme ! »

    Odette Casadesus


    3 commentaires
  •  

    Fester Bryan

    Le vent polaire fouette férocement mon corps
    Des formations de glace apparaissent au moindre souffle
    Ma fourrure me couvre comme un maillot de corps
    Il fait moins vingt cinq
    Mais au cœur de moi
    Rougeoie calmement une veilleuse
    Où mes pensées pour toi
    Dansent à jamais
    Prêtes à s’enflammer passionnellement

    Fester Bryan, 2006


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires