• amertume

     

    Amertume.


    Chère tante, j’ai tant de peine et tant d’amertume...
    Ce poème n’est pas un hommage posthume;
    C’est l’expression de la douleur qui me consume.
    Souvent... Lorsque ma brûlure se rallume,
    J’enrage, je blasphème, je pleure et j’écume
    Et ne trouve de refuge que dans le bitume.
    Par tout temps; au grand soleil ou dans la brume,
    Faisant fi d’une insolation ou d’un probable rhume,
    Je traîne sous le poids d’une énorme enclume.
    Ton absence est trop grande de par son volume.
    De ce fait, je ressemble à un véritable légume.
    Parfois... Je voudrais que l’on t’exhume...
    Alors d’aucuns voudraient que j’assume;
    Que je me ressaisisse et que je m’accoutume.
    Le plus douloureux quand je me résume
    C’est la vision de l’instant où l’on t’inhume
    A même la terre dans ton simple costume
    Comme le veut une archaïque coutume.
    Comme tu as dû avoir froid, je présume.
    Onze ans, c’est le peu d’années que nous eûmes.
    Heureusement, aimants et comblés, nous le fûmes.

     

    Mahdaoui ABDERRAOUF


  • Commentaires

    1
    marialis
    Vendredi 12 Avril 2013 à 00:15
    Quelle blessure.....
    2
    Heidi
    Vendredi 12 Avril 2013 à 07:54
    Superbe poème, triste de regrets, mais beau! Bon vendredi et excellent week-end avec le printemps qui arrive, prenez bien soin de vous deux, doux bisous♥
    3
    loutres
    Vendredi 12 Avril 2013 à 19:35
    Poème poignant et fort. Bon week et j'espère que vous aurez du soleil, ici à Genève gros orage ....le soir comme les orages d'été mais on a pas encore vu le printemps. Peut-être le week un peu de soleil pour réchauffer les coeurs.... Tout de bon
      • Jean tartre Profil de Jean tartre
        Lundi 15 Avril 2013 à 21:49
        merci pour ce gentil message,et oui enfin le printemps cela fait plaisir !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :