• Dans son vieux pardessus râpé
    Il s'en allait l'hiver, l'été
    Dans le petit matin frileux
    Mon vieux.

    Y avait qu'un dimanche par semaine
    Les autres jours, c'était la graine
    Qu'il allait gagner comme on peut
    Mon vieux.

    L'été, on allait voir la mer
    Tu vois c'était pas la misère
    C'était pas non plus l'paradis
    Hé oui tant pis.

    Dans son vieux pardessus râpé
    Il a pris pendant des années
    L'même autobus de banlieue
    Mon vieux.

    L'soir en rentrant du boulot
    Il s'asseyait sans dire un mot
    Il était du genre silencieux
    Mon vieux.

    Les dimanches étaient monotones
    On n'recevait jamais personne
    Ça n'le rendait pas malheureux
    Je crois, mon vieux.

    Dans son vieux pardessus râpé
    Les jours de paye quand il rentrait
    On l'entendait gueuler un peu
    Mon vieux.

    Nous, on connaissait la chanson
    Tout y passait, bourgeois, patrons,
    La gauche, la droite, même le bon Dieu
    Avec mon vieux.

    Chez nous y avait pas la télé
    C'est dehors que j'allais chercher
    Pendant quelques heures l'évasion
    Tu sais, c'est con!

    Dire que j'ai passé des années
    A côté de lui sans le r'garder
    On a à peine ouvert les yeux
    Nous deux.

    J'aurais pu c'était pas malin
    Faire avec lui un bout d'chemin
    Ça l'aurait p't'-êt' rendu heureux
    Mon vieux.

    Mais quand on a juste quinze ans
    On n'a pas le cœur assez grand
    Pour y loger tout's ces chos's-là
    Tu vois.

    Maintenant qu'il est loin d'ici
    En pensant à tout ça, j'me dis
    "J'aim'rais bien qu'il soit près de moi"
    PAPA...

    Daniel Guichard - Mon vieux


    1 commentaire
  •  

    Les Divorcés Video:
     

    Parole de Les Divorcés:

    On pourra dans les premiers temps
    Donner la gosse à tes parents,
    Le temps de faire le nécessaire.

    Il faut quand même se retourner.
    Ça me fait drôle de divorcer,
    Mais ça fait rien : je vais m'y faire.

    Si tu voyais mon avocat,
    Ce qu'il veut me faire dire de toi :
    Il ne te trouve pas d'excuses.

    Les jolies choses de ma vie,
    Il fallait que je les oublie :
    Il a fallu que je t'accuse.

    Tu garderas l'appartement.
    Je passerai de temps en temps,
    Quand il n'y aura pas d'école.

    Ces jours-là, pour l'après-midi,
    Je t'enlèverai Stéphanie.
    J'ai toujours été son idole.

    Si tu manquais de quoi qu'ce soit,
    Tu peux toujours compter sur moi
    En attendant que tu travailles.

    Je sais que tu peux t'en sortir :
    Tu vas me faire le plaisir
    De te jeter dans la bataille.

    {Refrain:}
    Si c'est fichu
    Entre nous,
    La vie continue
    Malgré tout.

    Tu sais maintenant c'est passé
    Mais au début j'en ai bavé :
    Je rêvais presque de vengeance

    Evidemment j'étais jaloux
    Mon orgueil en a pris un coup
    Je refusais de te comprendre.

    À présent, ça va beaucoup mieux
    Et finalement je suis heureux
    Que tu te fasses une vie nouvelle.

    Tu pourrais même faire aussi
    Un demi-frère à Stéphanie :
    Ce serait merveilleux pour elle.

    {au refrain}

    Les amis vont nous questionner
    Certains vont se croire obligés
    De nous monter l'un contre l'autre

    Ce serait moche d'en arriver
    Toi et moi à se détester
    Et à se rejeter les fautes.

    Alors il faut qu'on ait raison
    Car cette fois-ci c'est pour de bon :
    C'est parti pour la vie entière.

    Regarde-moi bien dans les yeux
    Et jure moi que ce s'ra mieux
    Qu'il n'y avait rien d'autre à faire

    {au refrain}
    ...Malgré tout

    votre commentaire
  •  

    Chez laurette

    de Michel Delpech

     


    À sa façon de nous app´ler ses gosses
    On voyait bien qu´ell´ nous aimait beaucoup
    C´était chez ell´ que notre argent de poche
    Disparaissait dans les machines à sous

    Après les cours on allait boire un verre
    Quand on entrait Laurette souriait
    Et d´un seul coup nos leçons nos problèmes
    Disparaissaient quand ell´ nous embrassait

    C´était bien, chez Laurette
    Quand on faisait la fête
    Elle venait vers nous.. Lau - rette

    C´é tait bien, c´était chouette
    Quand on était fauché
    Elle payait pour nous.. Lau - rette

    Et plus encore afin qu´on soit tranquille
    Dans son café y avait un coin pour nous
    On s´y mettait pour voir passer les filles
    Et j´en connais qui nous plaisaient beaucoup

    Si par hasard on avait l´âme en peine
    Laurette seule savait nous consoler
    Ell´ nous parlait et l´on riait quand même
    En un clin d´œil ell´ pouvait tout changer

    C´était bien chez Laurette
    On y retournera
    Pour ne pas l´oublier Iaurette

    Ce s´ra bien ce s´ra chouette
    Et l´on reparlera,
    Des histoir´s du passé
    Chez Laurette

    Ce s´ra bien ce s´ra chouette
    Et l´on reparlera,
    Des histoir´s du passé
    Chez Laurette


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique